École : les directeurs, « L’administration donne des réponses claires »

#École #les #directeurs #Ladministration #donne #des #réponses #claires

« À dix jours de la rentrée, le bon démarrage des activités est compromis par des problèmes auxquels une solution efficace et univoque n’a pas encore été apportée. Il est nécessaire que l’Administration apporte rapidement des réponses claires qui empêchent les écoles et leurs cadres de s’exposer à des difficultés qui apparaissent pour l’instant ingérables et insurmontables ainsi qu’à certains litiges ». C’est ce qu’a déclaré le président national de l’AP, Antonello Giannelli.

L’identification de solutions – poursuit Giannelli – ne peut et ne doit pas être laissée à la libre interprétation des écoles et des directeurs d’école : ce sont des questions complexes qui doivent être traitées au niveau national ». qui à ce jour restent sans réponse satisfaisante, concernent: le contrôle quotidien, via l’App, de la possession de la certification verte par tous les travailleurs avec une aggravation organisationnelle conséquente et malgré la disponibilité insuffisante des ressources humaines déjà simultanément engagées dans l’exécution d’autres tâches ; la gestion, garantissant le droit aux études des élèves, du remplacement du personnel déclaré absent faute de certification verte. Je me souviens – explique Giannelli – que d’une part il est prévu que la mission de remplacement soit attribuée le cinquième jour d’absence du propriétaire également à l’école maternelle et à l’école primaire et d’autre part, il n’y a aucune information certaine sur la durée du contrat de remplacement en raison des prérequis de délivrance de la certification verte ». Et encore : « la gestion du personnel avec la certification verte expirant vers la rentrée scolaire ».

Parmi les points critiques figure également le fait que « selon la note du ministère de l’Éducation n° 900 du 18 août 2021 et contrairement à ce qui est indiqué dans le protocole d’accord du 14 août 2021, les écoles utiliseront les ressources pour réaliser des écouvillons uniquement sur le « personnel fragile ». Quelle indication les directions d’école doivent-elles suivre, celle contenue dans le Protocole ou celle rapportée dans la Note précitée ? Si les écoles doivent réaliser une telle activité de dépistage, qui décide du moment et des destinataires ? Autrement dit, le dépistage sera-t-il réalisé à la demande du salarié ou le directeur, en accord avec les autorités de santé, déterminera-t-il la fréquence et les éventuels bénéficiaires ? Quand les écoles pourront-elles avoir des indications claires sur la manière de gérer l’implication des élèves vulnérables dans les activités pédagogiques, étant donné que le décret d’accompagnement bis fait référence à une ordonnance spécifique qui n’a pas encore été publiée ? ».

contenu = “Chronique”