Les mains des collectionneurs sur le sable rose de Budelli

#Les #mains #des #collectionneurs #sur #sable #rose #Budelli

– CAGLIARI, 17 AOT – Il existe un marché qui dépasse les frontières de l’Europe et dont l’objet est le sable, prélevé non seulement sur les rivières et les lacs, mais aussi sur les plages de toutes les côtes du monde. Ils vont des États-Unis au Japon, de l’Espagne à l’Italie. Parmi les raretés les plus rares à trouver pour ces collectionneurs, qui utilisent les réseaux sociaux pour échanger du matériel précieux, se trouve le sable rose de l’île de Budelli dans l’archipel de la Maddalena, en Sardaigne. Trouver en ligne ces “amoureux” du sable qui – consciemment ou non – continuent d’appauvrir les ressources environnementales italiennes, mais pas seulement, est l’association Sardegna Rubata e Depredata qui se consacre depuis des années à la protection des côtes et dénonce les vols continus de les plages, entre sable, galets et coquillages.

“Souvent, selon nos publications, beaucoup n’expliquent pas la nécessité de voler et de ramener chez eux du sable, des pierres et des coquillages à leur retour de leurs vacances en Sardaigne, au risque d’une amende de 1000 euros. La plupart des gens n’ont en vérité pas de raison précise – écrit l’association sur Facebook – Certains le font probablement parce qu’il y a un tel malaise à devoir quitter l’île qu’ils essaient de manière désespérée, mais malheureusement vaine, d’en emporter un morceau dans leurs mains à la place de garder les souvenirs dans la mémoire et dans le cœur. Sûrement parmi ces défavorisés il y a la catégorie des collectionneurs ».

Outre les ventes sur les plateformes en ligne, un groupe Facebook de collectionneurs privés fait désormais son apparition, où – selon les administrateurs – ils “ne commercent qu’avec du sable”. Pas d’achat ni de vente mais seulement un échange, semble-t-il comprendre, également pour “maintenir l’intégrité du groupe et rendre la collecte de sable si excitante”. Cependant, tout doit se faire en privé, “pas de postes publics”. Parmi les derniers messages, le 6 août, un sac en plastique avec l’inscription Budelli est mis en avant, avec un grand merci à la personne qui a envoyé le précieux contenu car il est “difficile à obtenir” (“difficile à obtenir”). Dommage que le prélèvement du sable soit un délit pénal avec beaucoup de sanction. Et que même la simple entrée sur la côte de Budelli est interdite par le règlement de sauvegarde. .

contenu = “Chronique”