Mottarone : tante maternelle, ‘Eitan otage, retour en Israël’

#Mottarone #tante #maternelle #Eitan #otage #retour #Israël

“Eitan a été volé à une famille qui ne le connaissait pas, qui n’avait jamais été proche de lui auparavant.” C’est la dure dénonciation de Gali Peri, tante maternelle du petit Eitan, seule rescapée du drame de Mottarone en mai dernier. L’enfant est actuellement en Italie confié à sa tante paternelle, Aya Biran.
L’avocat Ronen Dlayahu, qui représente les intérêts de la branche familiale en Israël, a annoncé lors d’une conférence de presse avec Mme Peri qu’il avait engagé une procédure pour l’adoption d’Eitan et son retour en Israël. Pour l’avocat “Eitan est otage”.

Pendant ce temps, aujourd’hui, à Verbania, la remise des prix collectés pour le petit par des cyclistes professionnels a eu lieu à l’occasion du passage à Stresa le 28 mai dernier du Giro d’Italia. “Ces derniers jours, Eitan a été hospitalisé à Turin pour retirer les plâtres. Il va mieux et c’est une excellente nouvelle.” Le grand rabbin de Turin Ariel Di Porto se dit « heureux » de l’amélioration de l’enfant, le seul survivant de l’accident du téléphérique du Mottarone. “Il y a des signes de reprise, son chemin sera long mais il réagit bien et nous donne de l’espoir face au drame qu’il a vécu”, ajoute-t-il. L’écho des accusations de la tante maternelle Gali Peri, qui d’Israël a annoncé avec son avocat avoir entamé une procédure d’adoption de l’enfant, accusant sa tante paternelle de le tenir « en otage » en Italie, n’était pas encore arrivé le Lac Majeur lors de la cérémonie de remise des cadeaux. ”Merci aux institutions et aux personnes qui aident Eitan – commente Rabbi Ariel Di Porto – L’enfant aura besoin de soutien, mais ces gestes l’aideront à avoir un avenir meilleur”. Les cyclistes ont remis à Eitan un maillot de champion du monde, avec les signatures de nombreux athlètes, et un chèque de 30 mille euros, les prix de la 19e étape du Giro d’Italia qui, en signe de respect pour les victimes de l’accident du téléphérique , le 28 mai dernier a changé d’itinéraire et n’est pas passé par Mottarone. “C’est un geste qui fait honneur aux cyclistes. Ils voulaient apporter leur contribution dans ce moment difficile pour Eitan : c’était le moins que les coureurs pouvaient faire”, explique Gianni Bugno, président de l’association mondiale des cyclistes professionnels.

contenu = “Chronique”