Vergarola, un massacre d’Italiens encore méconnu

#Vergarola #massacre #dItaliens #encore #méconnu

– TRIESTE, 18 AOT – Un massacre qui n’a jamais été fixé dans la mémoire collective, qui a eu lieu sur la plage de Pola, le 18 août 1946. Une opération tragiquement simple, de nombreuses mines et bombes entassées sur place a explosé causant 65 morts, principalement des mères et des enfants, et des centaines de blessés, tous civils. À l’époque, Pula était occupée par les troupes alliées, mais l’occupation titiste s’étendait au reste de l’Istrie.

Ce matin-là, il y avait beaucoup de baigneurs et peu se souciaient du stockage d’explosifs à l’air libre. Peut-être que l’explosion était accidentelle, peut-être que quelqu’un a placé un déclencheur, faisant exploser tout le reste “par sympathie”. En 2008, lors de l’ouverture des archives britanniques, la responsabilité du drame a été attribuée à l’Ozna, la police secrète de Tito.

Une conclusion cependant contestée par les Slaves.

Parmi les ouvrages les plus complets qui ravivent les projecteurs sur cette histoire douloureuse, il y a celui édité par le journaliste né en Istrie, Paolo Radivo, qui a édité le volume “Le massacre de Vergarola, selon les journaux juliens de l’époque”, publié en 2015 par l’Association libre de Pula en exil – “L’Arène de Pola”. Un travail documentaire extrêmement détaillé qui rapporte des faits et des chiffres avec une grande précision.

Ce qui est certain, c’est que cette affaire a déclenché l’exode de plus de 300 000 Istriens, Rijeka et Dalmatiens italophones qui ont choisi de quitter leur patrie pour se réfugier en Italie. .

contenu = “Chronique”